mardi, 27 février 2024

CNR du Tricastin

Les étudiants de BTS MS et ET du Lycée Langevin découvrent le CNR du Tricastin

 nuclea

Mardi 23 mai 2023, nous, étudiants de première année des BTS Maintenance des Systèmes et d’Electrotechnique du Lycée Paul Langevin, avons eu l’opportunité de visiter la centrale nucléaire du
Tricastin ainsi que le musée de l’aéronautique d’Orange.
Après avoir passé tous les dispositifs de sécurité, sans oublier le SAS de contrôle de radioactivité, nous
avons pu pénétrer dans le cœur de la centrale. Nous avons tout de suite été impressionnés par la taille des installations. A l’intérieur de la salle des machines, longue de 400 mètres et haute de 40, au niveau du circuit secondaire, une chaleur oppressante nous attendait.
La guide a souligné que cette température pouvait atteindre les 50°C... Nous avons eu de la chance ce jour-là !
Les appareillages étaient eux aussi imposants. Voyez vous-même la taille d’une turbine !

Tricastin

 

« Moi ce qui m’a impressionné, ce sont les chiffres : 43000 litres/seconde d’eau pour refroidir le circuit secondaire... » dit Quentin. « Moi, c’est le fait que les pales de la turbine aient été autant endommagées
par des gouttelettes d’eau », dit Romain. « Ils ont même prévu un tunnel pour protéger les personnels des potentiels risques de projection, » nous rappelle Laure-Emilia.
Après un pique-nique bien mérité et une machine à café bien « débitée », nous avons pris la direction du musée aéronautique d’Orange.
Nous avons été accueillis par Claude et Michel, deux passionnés, qui nous ont guidés pendant plus de deux heures parmi une trentaine d’aéronefs militaires, pointant les caractéristiques du Super-Etendard, du
Mirage 2000, du MIG-21 ou autres avions de chasse. Ces deux piliers de l’association « Les amis de la 5ème escadre » nous ont fait partager leur passion.
Pour Théotime, « la passion de Michel quand il évoque ses heures de vols sur nombre de ces avions est très touchante. » « Il a une carrière impressionnante, rappelle Florian, plus de 7000 heures de vols sur
aéronefs militaires, 12000 heures en tout ! » Lucas souligne que « Claude, le président de l’association, qui n’a pas une seule heure de vol à son actif, passe ses nuits à restaurer ces avions depuis plus de 30
ans ! » Si ça ce n’est pas de la passion !